Vous arrive-t'il de vous demander si vous êtes égoïste ? Est-ce que ça vous intrigue de savoir reconnaître la frontière en vous entre l'égoïsme et l'individualisme, entre l'égocentrisme et le partage ?

S'il y a bien une chose qui me touche, c'est de me faire traiter d'égoïste. Alors ça ne m'arrive jamais, sauf par mon frère. C'est, je crois, la pire chose qu'il puisse me dire, parce qu'ensuite ça me travaille et j'hésite entre l'envie de lui faire ravaler ce qu'il a dit et le besoin d'y réfléchir.
Je ne suis jamais arrivée à déterminer si vraiment j'étais égoïste, peut être parce que je ne sais pas vraiment ce que ça veux dire, je ne sais pas ce que ça implique, et puis aussi, on ne se voit pas du même oeil que les autres nous voient.
Tout ce que je sais, c'est que mon frère, je le vois comme quelqu'un qui est le contraire d'égoïste. Enfin... d'une certaine façon.

Il est très proche des gens, il s'en fiche de son argent, il partagerait tout ce qu'il a, enfin je crois. Et d'un autre côté il a une partie de lui qui est très centrée sur lui-même, en s'en fichant de ce que peuvent ressentir les autres par rapport à ce qu'il dit ou fait, de les peiner et en voulant toujours prendre la plus belle place.

Et pourtant, j'ai beau me dire ça, à chaque fois qu'il me dit : t'es qu'une égoïste, ça me fait mal au coeur, parce que je me dis que ça doit être vrai. Mon frangin a souvent raison, il cerne très vite les gens et sait utiliser ce qu'il a vu à bon escient... je le sais parce que je suis comme ça aussi, j'arrive souvent à cerner les gens aussi.

A chaque fois il faut que je flanche et que je me remette en question par rapport à tout ce qu'il me balance à la figure sans même y penser. C'est vraiment comme si je voulais lui ressembler, comme si c'était un genre de modèle pour moi. Et pourtant il m'énerve, et je ne voudrai pas être comme lui, je lui trouve plein de défauts. En plus je vis ça sur le mauvais pied, parce que c'est mon petit frère, du coup à chaque fois j'ai l'impression de perdre ma place d'ainée.

Je ne sais pas si je suis vraiment égoïste, disons que je me sens égoïste, surtout depuis qu'il me l'a dit. Et je n'arrête pas de me dire que c'est vrai que je suis égoïste, par contre, en même temps je ne parviens pas complètement à me dire que d'être comme je suis est si mal que ça, parce que c'est moi, j'aime être qui je suis.

Je crois aussi qu'il me voit comme une vieille mémé, qui se préocupe de choses terre à terre, qui parle de trucs idiots et sans intêret... Et le pire c'est que j'ai l'impression qu'il a raison. J'suis une vieille jeune qui se complait dans son petit appart, qui fait le ménage, qui parle de ses aventures au supermarché... Sauf que, c'est un genre de facade, comme si quand il était là je le provoquais en le faisant encore plus, mais sans le vouloir. De toute façon j'ai l'impression que je pourrai me faire moine boudhiste en Birmanie qu'il me trouverait encore mémé égoïste et capitaliste...
Et c'est vrai que je n'arrête pas de dire que je suis de droite... Pourtant c'est totalement faux. Je n'arrête pas de faire la mémé, alors que ce n'est pas moi du tout.
Alors à chaque fois il y a cette chanson de Goldman qui me revient en tête "Par procuration", cette femme dans son appart qui ne fait rien que nettoyer et regarder la télé...
Je trouve ça atroce que mon frère me voit comme ça. Ce qui est drôle c'est qu'à part lui tout le monde me voit comme une fille bizarre avec des idées tout aussi bizarre et un comportement étrange. Pas comme une mémé égoïste et capitaliste.

Je ne lui prête plus mes affaires en fait, parce qu'il a déjà eu plein de mésaventures avec ses affaires... On lui a volé plusieurs fois son gsm, son portefeuille, son portable il a déjà cassé des trucs, oublié son sac un peu partout. Et à force, et bien c'est vrai que je n'ai plus trop envie de lui prêter des choses.
Le dernier truc c'était mon harmonica. Tout d'un coup il a voulu s'y mettre et s'est dit : ben t'en as un donc j'en ai un. Cet harmonica c'est vrai que je ne m'en sers plus, d'ailleurs je n'ai jamais vraiment su en jouer, mais c'est ma grand mère qui me l'a offert, et il a toujours été dans un tirroir prêt de moi, de temps en temps je souffle dedans en me disant que ce serait cool de pouvoir en jouer. Et c'est la dernière fois qu'il m'a traitée d'égoïste.
Quelque part il a eu raison... Mais d'un autre côté ça m'aurait fait mal au coeur qu'il perde mon harmonica. Et au fond de ma tête cette chanson de Goldman, j'imaginais la vieille femme dans son appart avec son harmonica dans son tirroir...

Comme j'aimerai qu'il me voit comme sa grande soeur cool qu'il vient voir de temps en temps pour qu'on discute, pas de supermarché non... Et puis il y a plein de glaçes à l'eau dans mon frigo, j'aime pas ça moi la glaçe à l'eau. Das n'arrête pas de me dire qu'il en a marre que j'en achète dès que j'en vois. Et c'est vrai qu'il y en a plein le congelo... Mais quand je les achètes je me dis : c'est pour Fifi, il adore ça.
Mais le truc c'est que mon frère ce n'est pas le genre de frère qui vient chaque semaine manger ses glaçes à l'eau à la maison. Mon frère c'est un nomade, il est tout le temps en vadrouille, avec ses amis, en concert, en vacances, ... Et moi cette vie là me dépasse, sûrement parce que moi le nomadisme ça m'a gavé à force, et j'ai eu envie de me poser et d'arrêter de papillonner.
Au fond c'est lui qui a raison, mais en même temps je préfère avoir plein de glaçes à l'eau dans mon congelo... Rhaaaa j'suis une mémé capitaliste et égoïste qui a de la glaçe à l'eau dans son congelo qu'elle ne mange pas... Et qui parle à son chat parfois en faisant des : ohhhhh mon p'titigre. Je suis désespérante hein oui ?

Faut que ça change tout ça... Un jour !

Lou2007